Plan de développement du Touch en France 2012-2015

Objectif 2012 – Perspective 2015

La mise en place de formations et de ressources pédagogiques nécessaires aux entraîneurs/éducateurs est vitale pour assurer une bonne pratique du TOUCH en France, en particulier  auprès des jeunes et des femmes qui seront le vivier de nos associations et des équipes nationales de demain.

Les motivations

L’élaboration d’un plan de développement pour une Fédération émergeante comme la nôtre présente de nombreux intérêts.

Si la finalité générale est d’assurer une politique sportive à l’échelon national, proposer ce plan de développement permet de rebondir sur des travaux déjà menés par certains groupes de travail, de prendre en compte les besoins exprimés par les clubs et la valeur d notre niveau de jeu constatée lors de la dernière Coupe du Monde de Touch.

 Ce plan de développement permet également, à TOUCH France de :

  • Afficher clairement ses valeurs clés et ses objectifs afin de mieux les partager,
  • Donner encore plus de sens à l’engagement de tous les acteurs nationaux (dirigeants, techniciens, arbitres) autour d’un projet commun par une mutualisation des compétences de chacun,
  • Favoriser l’innovation pour répondre à l’évolution de la discipline, des activités et de la société,
  • Valoriser les actions réalisées et les résultats obtenus en interne et auprès des partenaires publics et privés,
  • Avoir une vision sur l’olympiade (à minima) du développement de l’activité en vue de déterminer des conventions d’objectifs pluriannuelles,
  • Faciliter les demandes de financement des actions en les inscrivant dans la cohérence et la durée d’un projet,
  • Disposer d’un cadre d’action opérationnel facilitant la gestion de l’activité.

La liste n’est en rien exhaustive.

 Un cadre commun

 Le plan de développement du TOUCH en France proposé se voudra volontairement axé sur l’aspect sportif, la mise en place de bases de travail et de ressources communes à tous les clubs adhérents de TOUCH France et par extension aux scolaires, universitaires et entreprises souhaitant pratiquer le Touch.

 Appliquée tout d’abord de façon générique au niveau de tous les clubs, ce projet associatif est aujourd’hui indispensable comme axe fédérateur de l’ensemble des forces internes. Il met en avant des ambitions, des choix et pousse chacun à plus d’interrogations sur la conduite d’entraînements, le développement des athlètes et du TOUCH en général que ce soit dans un but de pratiquer le TOUCH en loisir ou en compétition.

Il se présente concrètement comme un document écrit correspondant à un pacte de participation. Il se veut un cadre unificateur, un moyen pédagogique de développement tout autant qu’un outil opérationnel.

Ainsi, outre la conception, la formalisation du plan de développement est une condition fondamentale d’existence et de reconnaissance du projet par tous les membres de TOUCH France, constituant la base d’une communication tant auprès des acteurs du projet que des partenaires.

Faire ce que l’on écrit s’avère tout aussi important qu’écrire ce que l’on fait.

 L’élaboration du plan de développement du TOUCH en France

 Ce plan de développement se présente en six étapes. Elles sont dépendantes les unes des autres.

Ces étapes sont essentielles pour assurer la réalisation du projet. Bien entendu, une adhésion des dirigeants et des éducateurs/entraîneurs est essentielle pour garantir la cohérence de l’ensemble du plan de développement sportif.

Compte tenu du rythme classique de l’action sportive et de la durée des mandats électifs, ce projet est conçu pour une olympiade, l’évaluation du plan de développement se faisant à chaque fin de saison (Juillet) afin de permettre les ajustements nécessaires pour en garantir le succès. 

Les six étapes:

  1. Mise en place du Projet
  2. Etat des lieux du TOUCH en France
  3. Analyse de la situation
  4. Orientations du plan de développement du TOUCH en France
  5. Planification et mise en œuvre du plan de développement du TOUCH en France
  6. Évaluation du plan de développement

 

Etape 1 : Mise en place du Projet

Cette étape importante détermine les chances de succès de la démarche et également sa pertinence. En effet, l’élaboration du plan de développement du TOUCH en France nécessite un travail collectif, nourri d’échanges, de débats, de partages et d’idées complémentaires au cours de son implémentation.

Il faut bien se lancer, et pour démarrer au mieux ce projet, un groupe de six personnes à été choisi sur la base du volontariat (et du bénévolat !), parmi les membres du CA de TOUCH France et de l’encadrement des équipes de France lors de la dernière TWC (voir étape 4).

Ils sont à l’origine de ce plan de développement. Durant tout le projet, ils travailleront de concert avec la commission des Sélections nationales (sous la conduite d’Eric Grimaldi et Linda Acker)

Au cours de la mise en place du projet, ils auront toute liberté pour faire appel à des membres de TOUCH France dans d’autres régions afin de les aider sur des axes de travail spécifiques. Ils resteront les rapporteurs des travaux effectués par sous-groupes auprès de la commission et du conseil d’administration de TOUCH France. Cette dernière instance validera les propositions et budgets prévisionnels au nom du collectif.

Cette implication de tous au fil de l’eau  garantira la richesse des propositions et l’objectivité de la démarche de projection. Elle  favorisera l’adhésion du plus grand nombre et la mutualisation des compétences.

Proposer de travailler ensemble, d’adhérer au projet, de prendre une part dans la définition du TOUCH de demain, c’est aussi permettre à chacun d’exprimer son opinion.

Etape 2 : Etat des lieux du TOUCH en France (saison 2011- 2012)

Il s’agit d’un état des lieux qui se veut objectif et exhaustif de la discipline sur le plan national.

L’état des lieux interne:

  • Les pratiquants :
    • leur nombre a sensiblement évolué ces dernières années pour atteindre la barre des 2000 licenciés :
      •  50% de ces joueurs sont des joueurs permanents, les 50% restants étant des joueurs occasionnels (tournois découverte, tournois grandes écoles…).
      •  20% des inscrits sont des femmes
      • 2/3 des pratiquants sont dans la catégorie Master, (dont 1/3 +30, 1/3 +35 et 1/3 +40) !
      • Moins de 10% sont mineurs
  • Les pratiques : il existe deux types de pratiques, le loisir et la compétition. L’activité loisirs (rencontres au niveau club ou tournois découvertes) est présente dans toutes les régions. En règle générale, la compétition (sous forme de championnats locaux ou régionaux) ne concerne que la région parisienne, les Pays de la Loire, l’Alsace et la région Rhône Alpes. Il n’existe actuellement qu’une compétition nationale (Coupe des Provinces ou French Touch) et quelques manifestations internationales (Euros, Mainland Cup, TWC).
  • Les lieux de pratique: les infrastructures sportives sont partagées avec celles du rugby, ou avec le foot ou association multisports pour certaines exceptions (TR91, Opale, Mauves…).
    • L’encadrement de la pratique : Beaucoup d’entraîneurs ont appris sur le tas et ont été choisis pour leurs connaissances rugbystiques. Très peu ont suivi les cours de Coaching dispensés par TOUCH Football Australia. On compte une dizaine de coaches 1 en France et 3 Coach 2 en activité. Deux de ces 3 ont été assermentés pour distribuer le cours de coaching 1 en France.
    • Les partenaires : Les partenaires nationaux sont des partenaires privés. Aujourd’hui, nous avons de fidèles la SMACL et Marigold S.A. La SMACL nous permet de bénéficier d’une assurance raisonnable et verse une subvention à TOUCH France lors des grands évènements nationaux ou internationaux. Marigold s’est engagée à sponsoriser les équipes de France OPEN jusqu’en 2015. D’autres partenaires existent au niveau local ou régional (dont le plus important est COLAS en Essonne).
    • Le niveau de jeu des sélections nationales : le niveau de jeu des équipes Open est très perfectible. Les bases du jeu, la préparation physique, sont encore approximatives et différentes d’une équipe à une autre. Il manque un référentiel et de la coordination entre entraîneurs. L’absence de Responsable Technique National se fait ressentir. Il n’y a pas assez de compétitions pour élever le niveau de jeu.

L’état des lieux  vu de l’extérieur :

  • Nous n’avons pas de jeunes dans les clubs (où sont les enfants de la moitié des adhérents ayant plus de 35 ans ?). 
  • Notre représentativité est encore faible au niveau géographique, surtout dans le centre et le sud-ouest. Notons néanmoins des concentrations de clubs en Ile de France, en Loire Atlantique, en Rhône-Alpes, en Alsace et à Toulouse.
  • Malgré la spécificité de notre jeu, nous n’attirons pas assez les jeunes et les femmes.
  • Il n’y a pas d’impact médiatique de notre sport au niveau national, très peu au niveau régional, peu au niveau local. Le TOUCH reste donc un sport discret et une activité mystérieuse pour la plupart des Français.
  • Il n’y a pas un élu TOUCH France dans une instance sportive nationale ou internationale (CNOSF, CROS…).
  • Le TOUCH n’étant pas reconnu au niveau national par le Ministère des Sports, il n’y a pas de validation des formations délivrées par TOUCH France (brevet d’état, sport de haut niveau…).

Etape 3 : Analyse de la situation

Les causes objectives de la situation actuelle sont assez diverses du fait de notre jeunesse. Voici quelques unes d’entre elles choisies au niveau national et structurel plus que sur le plan sportif:

  • TOUCH France a connu un essor depuis 2007 pour passer de 250 participants à 2000 aujourd’hui. Elle reste donc une jeune Fédération, pas encore crédible sur le plan national.
  • La FFR a développé un sport loisir, le Rugby à Toucher. Ce dernier a apporté une certaine confusion dans les esprits. Le Ministère des Sports a donné délégation à la FFR pour le Rugby à Toucher et a refusé de reconnaître le TOUCH à ce jour… 
  • A l’inverse de nombreux pays européens, TOUCH France ne bénéficie pas de l’apport de cadres australiens ou néo-zélandais et doit s’appuyer sur des bénévoles ayant appris le TOUCH sur le tas.
  • Les dirigeants de TOUCH France et de ses clubs affiliés sont jeunes, peu disponibles et bénévoles.
  • Il est difficile de trouver des terrains disponibles.
  • Il n’existe pas de ressources techniques en Français (manuels, DVDs,…).
  • Il n’y a pas d’actions menées auprès des femmes et des jeunes dans les clubs.

 Actuellement, TOUCH France accompagne les nouveaux clubs dans la mise en place de leurs structures administratives, et elle leur propose des formations surtout liées à l’arbitrage. Elle a très peu d’impact sur le développement du TOUCH à l’exception de son support plus prononcé pour l’encadrement des équipes nationales. Son bilan sportif peut se résumer ainsi :

Les points forts :

  • l’organisation,
  • le rayonnement externe
  • la formation des arbitres

Les points à améliorer :

  • la communication,
  • l’aide aux clubs pour une pratique et une mise en place structurée d’un programme sportif dédié au Touch,
  • les actions nationales de promotion du TOUCH auprès des jeunes et des femmes
  • la compétition au niveau national
  • la formation des entraîneurs/éducateurs

Le projet étant national, ces différents points à améliorer sont pris en compte par le conseil d’administration de TOUCH France Ce dernier a pour mission d’affecter ces chantiers à des groupes de travail, ce qu’il a entrepris par exemple avec la communication et la mise en place d’un calendrier de compétitions.  

Les autres points sont donc confiés à la commission technique en charge du projet de développement du TOUCH en France

En conclusion, il apparait que l’objectif principal du projet sportif porté par cette commission technique est la mise en place de la formation et des ressources pédagogiques nécessaires aux entraîneurs/éducateurs, et plus précisément pour l’encadrement des jeunes et des effectifs mixtes.

Etape 4 : Orientations du plan de développement du TOUCH en France

Cette étape permet de déterminer le contenu du plan de développement du TOUCH en France.

Elle fait particulièrement apparaître le rôle de la commission porteuse du projet et mise en place par TOUCH France par les choix qui, à partir de l’analyse réalisée précédemment, déterminera la stratégie générale de TOUCH France pour la prochaine olympiade sur le plan purement sportif.

La commission technique est composée de membres  volontaires pour porter le projet et désignées après un appel auprès de tous les cadres référents ayant fait leurs preuves lors de la dernière TWC  et de quelques élus du CA de TOUCH France. Cette commission technique fixe les axes de travail, les objectifs généraux et opérationnels, les actions prioritaires du plan de développement du TOUCH en France.

Les axes de travail                    

Ils déterminent les priorités du projet et prennent en compte tous les éléments qui constituent la raison d’être de la structure, chaque axe ayant inévitablement une incidence sur les autres :

  • Développement du TOUCH au niveau du club 
    • Responsables : Erick Acker & Sébastien Chassande
      • Proposer à tous les clubs une présentation du plan de développement des compétences pour tout le personnel encadrant (éducateurs / managers / arbitres)  par pôle géographique reprenant les thèmes suivants :
      • le Touch, les règles, les finalités du jeu de TOUCH (positions, rôle des joueurs…) 
      • les qualités physiques et techniques nécessaires pour jouer au TOUCH
      • les composantes d’une session d’entraînement de TOUCH
      • les outils pédagogiques 
      • le plan de progression sur une saison 
      •  …
  • Développement du TOUCH au niveau des écoles (Primaires, Secondaires)
    • Responsables : Yves Gannac, stagiaire STAPS, Julien Brebion

Promouvoir le TOUCH au niveau scolaire et attirer les jeunes dans les clubs par exemple en :

      • identifiant les membres de TOUCH France ayant travaillé au niveau des scolaires
      • obtenant un partenariat auprès de l’USEP, l’UFOLEP, l’UNSS ou autre instance nationale
      • mettant en place des outils pédagogiques à l’attention du personnel enseignant et des clubs
      • organisant des rencontres entre écoles (projet Mairie de Paris)
  • Développement du TOUCH au niveau des universitaires et des entreprises
    • Responsable : Philippe Platel, Thomas Largillier

Encourager les grandes écoles, les entreprises à pratiquer le TOUCH :

      • analyser les success stories (HEC, Centrale, Colas…)
      • encourager la pratique au niveau des STAPS
      • favoriser la mise en place de tournois et trouver les ressources
      • organiser un tournoi écoles commerciales
      • proposer un livret pédagogique à l’attention des grandes écoles et des joueurs occasionnels
      •    …
  • Développement du TOUCH au niveau de l’élite national
    • Responsable : Commission nationale Elite
      • Favoriser l’éclosion des talents à haut niveau :
      • structurer les équipes de France et leur encadrement avec la commission « Sélections Nationales »
      • définir une politique de développement commune
      • organiser une formation sélectionneur/coach national
      • mettre en place un référentiel d’encadrement  et de préparation des athlètes de haut niveau
      • élaborer des outils de suivi des athlètes de haut niveau (nutrition, management…)
      • valider un code de conduite et d’engagement moral pour les joueurs sélectionnés et l’encadrement en vue de la TWC 2015

Les objectifs généraux et opérationnels

 Les objectifs ci-dessous seront révisés et repris par les groupes de travail durant la mise en place de leur plan d’actions spécifiques.

  • Développement du TOUCH au niveau du club :
        • Capitaliser sur les compétences des entraîneurs dans les clubs en 2011/2012 (construction de la communauté des entraîneurs)
        • Dispenser une formation Coaching Level 1 par département – avoir un Coach 1 par club de plus de 25 licenciés en 2012.
        • Organiser une formation Coaching Level 2 par région – avoir un Coach 2 par club de plus de 40 licenciés ou par région en 2013.
        • Sponsoriser une formation Coaching Level3 au niveau national – avoir un coach 3 en France en 2013.
        • Mettre en place un référentiel « ressources Touch France » avec des fiches d’information sur la pratique du touch à l’entrainement et en compétition pour tous les entraîneurs.
  • Développement du TOUCH au niveau des écoles (Primaires, Secondaires)
        • Recenser un correspondant par région.
        • Augmenter de 20% les effectifs jeunes dans les clubs en 2012.
        • Organiser un tournoi de TOUCH dans un groupe scolaire par région en 2012.
        • Préparer un championnat scolaire national en 2013.
  • Développement du TOUCH au niveau des universitaires et des entreprises
        • Favoriser la mise en place d’un tournoi Grandes Ecoles par région en 2012
        • Mettre en place un tournoi inter entreprises par région (minimum 4 équipes) en 2013
  • Développement du TOUCH au niveau de l’élite nationale
        • Délivrer une formation Entraîneurs/Sélectionneurs nationaux
        • Etablir un plan de travail commun aux équipes OPEN
        • Organiser un programme de préparation physique suivant le calendrier international
        • Recenser le vivier de joueurs de haut niveau pour la Coupe du Monde 2015
        • Identifier les catégories possibles et leur encadrement
        • Préparer un contrat pour les joueurs de haut niveau (code de bonne conduite)

Etape 5 : Planification et mise en œuvre du plan de développement du TOUCH en France

A partir des objectifs opérationnels, les premières actions à mettre en œuvre sont les suivantes :

    • Communiquer le plan de développement aux membres de TOUCH France
    • Faire un recensement des entraîneurs / managers
    • Trouver dans chaque région un référent par axe de travail
    • Valider les dates d’intervention de la commission technique dans les clubs

 Ensuite, il est nécessaire de valider l’échéancier, le plan d’actions, le plan de financement.

 Il convient également d’identifier les ressources existantes à mobiliser et les ressources nouvelles à trouver dont:

    • les ressources humaines : intervenants extérieurs, volontaires dans les régions souhaitant mettre à profit ses connaissances et compétences dans un domaine particulier (milieu scolaire, entraînement d’équipes de Touch, environnement international, secteur universitaire,…),
    • les ressources matérielles et logistiques (lieux de formation d’entraînement, moyens techniques…)
    • les ressources financières (TOUCH France, subventions, partenariats…).

L’échéancier

L’échéancier proposé ci-dessous sera réajusté par chacun des groupes de travail en fonction de la mise en œuvre de son plan d’actions spécifiques.

  • Développement du TOUCH au niveau du club :
    • Novembre 2011 Formation des clubs parisiens
    • De Décembre 2011 à Février 2012 Formation des clubs de province (à définir)
    • Décembre 2011 ; Formation Coaching Level 1 
    • Février 2012 : Formation Coaching Level 1
    • Juin 2012 : Formation Coaching Level 2
    • Novembre 2012 : Formation Coaching Level 1
    • Février 2013 : Formation Coaching Level 1
    • Juin 2013 : Formation Coaching Level 2
    • Août 2013 : Formation Coaching Level 3
  • Développement du TOUCH au niveau des écoles (Primaires, Secondaires)
    • Octobre 2011 : recensement correspondant par région
    • Mars 2012 : organisation d’un tournoi dans un groupe scolaire par région
    • Juin 2012 : enregistrement de +10% de jeunes
    • Mars 2013 : championnat scolaire national
  • Développement du TOUCH au niveau des universitaires et des entreprises
    • Décembre 2011 : identifier les Grandes Ecoles prêtes à  organiser un tournoi de TOUCH par région
    • Mars 2012 : encadrer 1 tournoi Grandes écoles par région et un tournoi inter entreprises par région (minimum 4 équipes par tournoi)
  • Développement du TOUCH au niveau de l’élite national
    • Fin octobre 2011 : identifier les responsables des équipes de France
    • Novembre 2011: délivrer une formation Entraîneurs/Sélectionneurs nationaux
    • Décembre 2011 : 1er recensement des joueurs de haut niveau
    • Janvier 2012 : valider les documents  contractuels
    • Février 2012 : définir un plan d’entraînement commun aux équipes OPEN
    • Mars 2012 : 2eme recensement des joueurs de haut niveau
    • Mars 2012 : Définir le calendrier des rencontres internationales jusqu’en 2015

Le plan d’action :

 Les grandes lignes sont définies par le responsable d’un axe de travail en prévision de ressources (financières et humaines) nécessaires. Il est proposé et révisé au début de chaque début de saison sportive (septembre) à la commission technique.

Ce plan est ensuite appliqué par le groupe de travail constitué.  Voici quelques exemples :

ACTIONS QUALITATIVES

    • Former : Mettre en place un cursus de formation d’entraîneurs (voir le programme de formation de TFA (Coaching Level x))
    • Fidéliser : Former des entraîneurs en fonction des besoins des clubs et des objectifs fixés
    • Communiquer : Mettre en place 
      • un bulletin technique pluri annuel à l’attention des entraîneurs
      • des outils de communication autours des actions et évènements à venir (formations, tournois, stages, actions auprès des écoles, etc.).

 ACTIONS QUANTITATIVES

  • Augmenter le nombre de licenciés jeunes et femmes:
    • favoriser le passage des scolaires vers les clubs (tournois, actions tournois découvertes, goûters autour du Touch, journée de la Femme, Ste Catherine, etc.)
    • Organiser des évènements avec les entreprises et les grandes écoles (tournois le jeudi, tournois portes ouvertes avec les entreprises, etc.).
    • Favoriser, développer et encadrer la pratique du TOUCH dans les clubs (formations).
  •  Structurer la détection et la formation des joueurs de haut niveau
  • Améliorer la liaison avec les clubs et TOUCH France

Le plan de financement :

 Le plan de financement est un document prévisionnel pluriannuel, établi pour la durée du plan de développement.

Il fait apparaître :

  • les dépenses qui devront être engagées dans la réalisation des actions du plan de développement,
  • les ressources financières de la structure régionale et notamment les fonds propres qu’elle peut mobiliser pour leur réalisation,
  • les ressources financières qu’il reste à trouver.

Le plan de financement peut préciser l’origine de ces ressources supplémentaires : actions à engager pour générer de nouveaux fonds, sollicitation de partenaires publics ou privés…

Accompagnant le plan d’action, un budget prévisionnel est réalisé annuellement permettant un ajustement au plus près de la réalité au fur et à mesure du déroulement du plan de développement. Néanmoins, réviser ce plan de financement dans un cadre pluriannuel permet de mieux anticiper les financements des actions.

Chaque responsable d’un axe de travail (voir point 4) élabore son budget prévisionnel. Il est communiqué au plus tard la première semaine de Septembre, avant chaque début de saison.

Il est transmis au rapporteur de la commission technique.

La répartition des tâches

Si la consultation d’un nombre le plus important possible d’acteurs est indispensable pour un projet politiquement et stratégiquement partagé, le passage à l’opérationnalisation du plan de développement s’appuie sur un nombre de personnes plus restreint.

Pour le bon fonctionnement de cette « équipe projet », il convient, et si possible en s’inscrivant dans la durée du projet, de :

  • Identifier les compétences requises par la réalisation des actions et des tâches,
  • Evaluer le temps nécessaire à leur réalisation,
  • Construire chaque sous-groupe en définissant les rôles et les responsabilités de chacun,
  • Définir les engagements de chacun en termes de disponibilité, de motivation, de délégation,
  • Etablir un contrat mutuel en définissant les règles de fonctionnement interne, le planning des rencontres ou réunions, les modalités du « rendre compte », les contributions ou rétributions éventuelles d’intervenants…

 En fonction des besoins émergents, il est également possible de faire appel à des compétences externes (ponctuelles ou permanentes) si les compétences internes s’avèrent insuffisantes.

Une répartition cohérente des compétences et une répartition équilibrée des charges de travail garantissent la qualité des actions menées et le maintien de l’engagement et de la motivation des acteurs du projet.

Etape 6 : Evaluation du plan de développement

 L’évaluation est un outil indispensable au suivi et à la réussite de tout projet.

Il s’agit de mettre en place des procédures qui vont permettre d’assurer :

    • le suivi et le contrôle du projet au fil de son déroulement,
    • le recadrage du projet en relation avec les objectifs fixés,
    • la mise en place des ajustements en relation avec les difficultés rencontrées ou, au contraire, avec des avancées plus rapides. Ces ajustements peuvent concerner l’adaptation des ressources à mobiliser  (humaines, matérielles ou financières), l’ajustement de l’échéancier prévu,  voire dans certains cas, la modification des objectifs,
    • la mesure des effets des actions réalisées,
    • la détermination de la réussite ou de l’échec du projet.

 Chaque responsable d’un axe stratégique propose un document pour l’évaluation des actions menées à chaque fin de saison. Les résultats sont transmis au rapporteur de la commission technique.

 Il est possible de distinguer différents niveaux d’évaluation.

Les plus couramment utilisés sont l’évaluation des objectifs, des résultats, des finalités de départ du projet et l’évaluation de la satisfaction du service rendu.

Toutefois, il est intéressant, en fonction du contexte, d’évaluer d’autres niveaux :

    • les acteurs, des moyens et des plannings,
    • les outils de conception du projet,
    • les méthodes et techniques utilisées pour le déroulement du projet,
    • les résultats sur l’environnement.

 Dans le cadre de ce plan de développement du TOUCH en France, différentes procédures peuvent être mises en place, situées aux moments stratégiques du projet. Il faut notamment distinguer :

    • les points d’étape,
    • les critères et les indicateurs d’évaluation,
    • les bilans annuels,
    • l’évaluation finale du plan de développement.

Les points d’étapes :

 Situés principalement dans la phase de construction, les points d’étapes permettent le regroupement régulier des acteurs du projet. Planifiés à l’avance, ils favorisent le suivi des différentes étapes de l’élaboration du plan de développement, intégrant son évaluation, jusqu’à sa validation finale par le Conseil d’Administration de TOUCH France.

La périodicité des réunions dépend du nombre et du statut des acteurs concernés par le projet, de la facilité à s’entendre sur les objectifs ainsi que de l’échéancier fixé. Ces points d’étapes peuvent également utiliser les moyens modernes de communication pour un suivi au plus près de l’actualité.

Les critères et les indicateurs d’évaluation :

Critères et indicateurs d’évaluation sont particulièrement utilisés pour réaliser le suivi du déroulement du plan de développement et son évaluation finale en fin d’olympiade.

Dans le cadre du suivi, ils permettent notamment en fonction des résultats observés de modifier les stratégies, de recentrer les actions et d’apporter les ajustements qui doivent permettre d’atteindre les objectifs déterminés.

Dans le cadre de l’évaluation finale, leur utilisation adéquate doit favoriser une analyse objective et pertinente du plan de développement et favoriser l’émergence d’un nouveau plan.

Il s’agit donc en amont du plan de développement de construire des critères et des indicateurs d’évaluation :

Réalistes, ils doivent pouvoir être vérifié de façon simple et rapide,

Pertinents, ils sont en lien avec l’objectif recherché,

Assortis de délais, ils se réfèrent à une date donnée.

Un critère d’évaluation est un élément d’appréciation qui permet de juger la valeur de l’action, des résultats ou de la méthode.

Il est souvent nécessaire de s’appuyer sur plusieurs critères d’évaluation pour évaluer un objectif, une méthode ou tout autre niveau d’évaluation avec un maximum de 5 critères. Au-delà, la pertinence n’est pas plus garantie du fait du recoupement vraisemblable de certains critères.

Déterminer les indicateurs d’évaluation consiste à quantifier les critères d’évaluation en fixant la base ou la hauteur de l’exigence.

Exemple de critère et d’indicateur Objectif

Critères

Indicateur

Augmenter le nombre de licenciés et de clubs

Le nombre de licenciés et de clubs

Augmentation de 1000 licenciés et de 10 clubs en 4 ans

Améliorer la fidélisation des licenciés

Le taux annuel de renouvellement des licences

La satisfaction des licenciés

Au moins 50% de taux de renouvellement des licences

Au moins 50% de licenciés satisfaits

Améliorer la sécurité des pratiquants

Le nombre d’accidents en compétition

Diminution de 10% d’accidents en compétition sur 4 ans

Améliorer le niveau de pratique

Le nombre de sportif de haut niveau

La progression technique des compétiteurs régionaux

Maintien du nombre de 10 sportifs de haut niveau par an

Augmentation de la moyenne des performances en compétition internationale

Classement général européen

Les bilans annuels :

 Ils sont conduits à chaque fin de saison (début Juillet 2012) et font l’objet d’un rapport transmis au conseil d’administration.

L’évaluation finale :

 L’évaluation finale sera transmise au conseil d’administration après la Coupe du Monde de TOUCH qui aura lieu en 2015. Cette évaluation finale sera consignée lors de l’assemblée générale de 2016. Les conclusions permettront soit de continuer un plan à l’identique pour la prochaine Olympiade avec une révision des objectifs, soit de proposer un nouveau plan de développement sportif avec des axes de travail différents.

 

Nos partenaires